Comment choisir votre logiciel de visioconférence ?

Il y a encore seulement quelques mois, vous n’aviez probablement que vaguement entendu parler de visioconférence, presque d’une oreille distraite, sans en avoir jamais vraiment fait l’expérience. Soit parce que vous ne jugiez pas utile d’installer un énième logiciel sur votre ordinateur (il y en a déjà bien assez comme ça me direz-vous), soit parce que vous n’aviez pas le temps d’apprendre à manipuler un nouvel outil, ou bien parce que vous n’en aviez tout simplement pas l’utilité, dans votre vie professionnelle ou privé. Oui mais ça, c’était avant… le Coronavirus est passé par là depuis et nous appris à passer bien malgré nous en mode télétravail, soit pour vous s’il vous était possible de travailler depuis votre domicile, soit pour vos collègues qui le pouvaient pendant que vous étiez à votre bureau.

Il a donc fallu faire connaissance avec la visioconférence, qui devait peu à peu remplacer nos bonne veilles réunions traditionnelles (et interminables, souvent), où chaque personne, qui pouvait être quelque part sur Terre, ne devait avoir qu’une bonne connection internet et une tenue correcte sur le haut de son corps. Le reste pouvait rester en pyjama et pantoufles. On l’a tous fait au moins une fois, hein.

Seulement voila, une fois habillé(e), coiffé(e) et fin prêt(e) pour cette réunion d’un genre nouveau, deux cas de figure allait s’imposer à vous:

1) Votre entreprise / famille vous fait rejoindre une visioconférence

Là, peu ou pas de soucis: en général on vous indique quel logiciel utiliser, et il y en a quelques uns sur le web. Vous allez donc googler son nom, vous arrivez sur le site web de l’éditeur du logiciel, et vous le téléchargez puis l’installez en quelques minutes. Vous aurez probablement reçu un mail contenant les modalités pour accéder à la réunion de la part de votre collègue / membre de la famille.
Vous ouvrez donc cette nouvelle application, réglez votre webcam, votre micro, et hop, c’est parti.
Vous expérimenterez sans doute quelques petits soucis au niveau de la qualité de l’image et/ou du son, ce qui est souvent dû à des “micro-coupures” de votre connexion internet. Bien sûr, plus votre connexion sera rapide, plus confortable sera la visioconférence. Et l’inverse et malheureusement vrai aussi.
Donc pour ce premier cas, votre expérience de visioconférence se sera plutôt bien déroulé et vous n’aurez pas eu le choix cornélien d’une foultitude de solutions à choisir. Vous avez de la chance.

2) Vous devez choisir un logiciel de visioconférence

Aïe, manque de bol, vous allez devoir partir à la recherche du logiciel de visioconférence le plus adapté à vos besoins. Et ils sont pléthore: nombre maximum de participants supportés, durée plafonnée de la rencontre virtuelle, planification de la réunion et notification des collaborateurs, solution gratuite / payante / freemium, etc… la question est épineuse!

Sachez pour commencer, qu’une simple recherche sur Google pourra être un bon point de départ. Mais trop de choix tue le choix… vous aurez aussi tant de choix que vous ne saurez plus quel logiciel choisir. Je vous ai donc préparé une petite liste, avec les arguments pour et contre, de manière à ce que, en fonction de vos besoins, vous puissiez prendre la meilleure décision. Mon but n’est pas de vous faire une description détaillée de toutes les solutions disponibles, mais simplement de vous donner des pistes sur la base de ce que j’estime être important pour utilisation grand public.

Google Meet ou la visioconference selon google

Intégré à la famille de produits de Google, dont la fameuse GSuite, Google Meet a de nombreux avantages. Je ne vais pas vous en faire ici le déroulé de l’argumentaire commercial, mais plutôt vous dire en quoi je le trouve intéressant.
Tout d’abord, si vous avez un compte Google (vous avez déjà un compte Google si vous avez une adresse GMail), sachez que vous pouvez utiliser Google Meet sur votre ordinateur sans aucune autre forme de procès. En effet, lorsqu’il est utilisé sur un ordinateur, nul besoin d’installer un logiciel car votre seul navigateur internet vous suffira(je vous recommande Chrome, le navigateur de Google). Sur smartphone ou tablette, il vous faudra cependant en télécharger l’application, disponible pour iOS et Androïd.
Logiquement, Google Meet s’intègre parfaitement aux autres logiciels de Google, et vous pourrez par exemple, depuis Google Agenda, programmer une visioconférence dans Google Meet directement pendant la création de votre rendez-vous.
Autre exemple, si vous êtes dans le domaine de l’éducation, sachez que de nombreuses écoles optent souvent pour Google Meet car il se marie très bien avec Google Classroom  et facilite ainsi la communication entre les enseignants et leurs élèves ou l’échange de documents comme les devoirs.

Toutefois, il est important de rappeler que l’intégralité des fonctionnalités de Google Meet ne sont disponibles gratuitement que pendant cette période de crise sanitaire et de distanciation sociale, extrait du support du logiciel:

Jusqu’au 30 septembre 2020, les clients G Suite peuvent utiliser sans frais les fonctionnalités de visioconférence avancées de Google Meet, telles que l’organisation de grandes réunions (jusqu’à 250 participants), la diffusion en direct ou l’enregistrement des réunions. Après le 30 septembre, la disponibilité des fonctionnalités Google Meet sera fonction du contrat de licence G Suite du client. Toutefois, les réunions enregistrées seront conservées dans le Drive de leurs propriétaires respectifs.

Donc avant de vous lancer, gardez bien cela en tête, pour vous éviter d’avoir à changer pour une autre solution au-delà du 30 septembre!

J’aime + : sa simplicité de mise en route, sa facilité d’utilisation et sa disponibilité sur tous les appareils
J’aime – : hors Covid-19, l’accès à Google Meet dépendra du type de votre abonnement à GSuite.

Skype

Créé dans les années 2000, Skype a eu son heure de gloire quand il était tout seul ou presque à proposer de la visioconférence et du Chat (en français on dit “clavardage”). L’expression “on se fait un skype” était alors en passe de s’imposer dans notre language.
Puis la concurrence est arrivée et Skype, faute de se maintenir au top à grand renfort de nouvelles fonctionnalités et de mises à jour, à vu sa cote de popularité chuter drastiquement.
Ce n’est que depuis que Skype a été racheté par Microsoft il y a quelques années que le logiciel a pu se refaire une place au soleil, et reconquérir quelques parts de marché.
Aujourd’hui, Skype est présent pour Mac, Windows, Linux, iOS et Androïd. Vous pouvez le télécharger gratuitement à cette adresse, ou même l’utiliser dans télécharger l’application, directement sur votre navigateur. Je vous laisse découvrir les fonctionnalités iciSkype est un bon compromis entre un logiciel de visioconférence grand public et un ZOOM, qui sera peut être plus employé dans le cadre d’une utilisation professionnelle.

J’aime + : on peut clavarder, converser en audio et/ou en video très simplement. Très pratique: une fonction partage de votre écran. J’aime bien aussi le fait de pouvoir changer l’image de son arrière-plan.
J’aime – : son interface a mal vieilli même si de gros progrès ont été fait de ce côté-là. Mais cela reste encore en dessous selon moi d’une interface utilisateur moderne.

Zoom

Troisième et dernier logiciel que je vous présente dans cet article, ZOOM n’est pas forcément celui que j’aurais eu envie de vous conseiller de prime abord. Surtout parce qu’il y a quelques temps, avant la montée en flèche de l’utilisation de logiciels de visioconférence, ZOOM a eu quelques déboires au niveau de sa sécurité, et cela en a rebuté plus d’un. Je suis très tatillon sur tout ce qui est en rapport avec la sécurité informatique et quand j’ai appris que ce logiciel, bien que performant, pouvait aller chercher dans votre carnet d’adresses, j’ai tout de suite dit NIET.
Heureusement, ZOOM a rapidement corrigé le tir en proposant de nouvelles mises à jour à télécharger gratuitement, et s’est depuis hissé au hit parade tant convoité de la visioconférence.

Bon sang ne saurait mentir, je ne vais pas vous dire que je l’ai beaucoup utilisé. Il m’en a été donné l’occasion une ou deux fois seulement, en rejoignant un groupe de travail qui l’avait choisi pour un webinaire. Mais si j’ai choisi de vous en parler un peu aujourd’hui, c’est parce que tout le monde ne parle que de lui quand il s’agit de faire une réunion sur le web !

Et je dois bien avouer qu’à juste titre, ZOOM a de quoi plaire: une interface moderne, simple d’utilisation, une semi gratuité d’utilisation, un logiciel pour chaque appareil (ordinateur ou smartphone), une belle qualité audio-vidéo (qui n’en reste pas moins tributaire de la rapidité de votre connexion internet).
J’ai également apprécié l’interprétation virtuelle du “rejoindre une réunion”, où l’on se créé une “salle de réunion” et on communique aux participants un lien pour “y entrer”… Il est même possible de planifier à l’avance une réunion.

J’aime + : ZOOM est très complet au niveau des fonctionnalités proposées, et même l’utilisation en mode gratuit pourra largement suffire dans un bon nombre de cas. Certes on retrouvera la plupart de ces fonctionnalités dans les autres logiciels de visioconférence, mais ici le “look & feel” (l’UX pour “user experience”) est particulièrement bien travaillée je trouve.
J’aime – : je n’ai honnêtement pas encore trouvé de point négatifs, si ce n’est cette fâcheuse histoire de sécurité, résolue aujourd’hui.

En conclusion

S’il y a bien selon moi une chose à retenir, c’est qu’il ne faut pas obligatoirement utiliser un seul logiciel de visioconférence. Il faut surtout en comprendre le principe d’utilisation, puis se familiariser avec les principaux outils de réunion avant de participer à une réunion. Car apprendre à manipuler le logiciel pendant la réunion peut très vite devenir perturbateur, pour vous comme pour vos interlocuteurs !

Mais dans tout ça, on choisit quoi ?

Si vous me demandez quel logiciel je vous recommande, je vous répondrais probablement un de ces trois en premier. Vous aurez ainsi de bonnes chances de couvrir les principaux logiciels de visioconférence (même s’il y en a plein d’autres).
Mais il y en a plein d’autres comme je l’ai dit en début d’article: cela dépendra certainement de votre “environnement digital”, de votre entourage, de votre position (prescripteur ou utilisateur).

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.